2 manières de rouler pour améliorer son endurance en vtt

2 manières de rouler pour améliorer son endurance en vtt

2 manières de rouler pour améliorer son endurance en VTT. Salut, les vététistes, aujourd’hui nous allons voir deux méthodes pour entretenir et améliorer son endurance en VTT.

L’endurance est une qualité indispensable qu’il faut savoir entretenir et améliorer pour pouvoir, faire des progrès et réellement se faire plaisir en VTT. D’autant plus qu’entretenir et améliorer son endurance peut être bénéfique pour votre santé. 

Si vous faites des sorties plus ou moins longues en VTT, par exemple des randonnées, des raids et des courses de VTT, l’endurance est la qualité de base qu’il va falloir améliorer pour pouvoir progresser et rouler plus vite en VTT. .

Votre corps va fournir un long effort sur une longue durée et en continue. Bien sans plus tarder nous allons entrer dans le vif du sujet ! 

 

2 manières de rouler pour améliorer son endurance en VTT

 

Avant de démarrer, je vais vous expliquer ce que c’est que l’endurance. 

Avant de vous révéler les 2 méthodes pour entretenir et améliorer sa condition physique en VTT. Je voudrais tout d’abord vous expliquer très simplement ce qu’est l’endurance, pour que cela soit clair d’entrée dans votre esprit. 

L’endurance c’est votre capacité à réaliser un effort d’intensité variable sur une durée plus ou moins longue. Donc que faut-il comprendre de cette courte définition ?

Il faut tout simplement comprendre que lorsque l’on parle d’endurance, on ne parle pas seulement d’endurance foncière ( effort long et pas très intense). 

Tout se joue au niveau de l’intensité. Il y a tout simplement différentes intensités d’effort à travailler en endurance. Il y a ce que l’on appelle l’endurance foncière, c’est à dire tenir le plus longtemps possible un effort d’une intensité modérée. 

Puis il y a les efforts plus intensifs qu’il faudra tenir, le plus longtemps possibles. Il y a aussi l’adaptation de votre effort sur la durée par rapport, à une pratique sportive précise. 

Car l’effort d’un sportif, qui joue dans un sport Co ne sera pas le même qu’un vététiste qui pratique le VTT sur un parcours peu ou très exigeant. 

Attention, comme nous allons le voir dans la suite de cet article l’endurance foncière est l’ossature et la base, de votre condition physique pour la pratique du VTT.

Par contre et surtout en VTT votre effort ne sera pas toujours de la même intensité. Par exemple, lorsque vous franchissez une cote votre rythme cardiaque s’accélère. Vous n’allez donc pas, réalisez le même effort que lorsque vous allez rouler sur le plat. 

Dans la suite de l’article, nous allons aborder l’entretien et l’amélioration de l’endurance en VTT par rapport bien sûr à la pratique du VTT sur le terrain. 

 

1.1 La première manière de rouler pour entretenir et améliorer son endurance en VTT

2 manières de rouler pour améliorer son endurance en vtt

Crédit photo minetlorenzo

La première manière de rouler pour entretenir et améliorer son endurance en VTT et pratiquée par pas mal de vététistes.

C’est le fait de sortir au minimum, une fois par semaine. De rouler sans trop avoir de plans et de planifications avec un seul objectif, être régulier et avaler les kilomètres.

Le but c’est d’avaler les kilomètres. Rouler sur des parcours de plus en plus exigeants. Bien sûr avec cette manière de rouler, on ne se préoccupe pas plus de l’intensité à laquelle on roule.

Alors bien évidemment plus vous allez sortir, plus vous allez pratiquer régulièrement le VTT et plus votre corps il va s’habituer à cet effort. Donc vous allez améliorer votre endurance sur le long terme. 

Par contre, le manque de planification dans vos sorties va peut-être vous amener, à un moment donné à stagner dans votre progression. Le problème c’est qu’avec cette manière de rouler, vous n’avez pas un cadre clair pour vous et votre progression.

Car un jour vous allez décider de rouler 4h et la sortie suivante vous allez rouler, une heure de moins ou une heure de plus. Ou alors vous allez vous lancer dans l’idée suivante: plus je roule, plus je vais progresser.

Le problème de cette méthode c’est qu’à un moment donné, vous avez des chances de trop rouler et donc de tomber dans le surentraînement surtout, lorsque les jours rallongent ;).  

Le point faible de cette méthode, pour entretenir et améliorer votre endurance en VTT c’est son manque de cadre. Vous sortez et vous roulez au feeling plusieurs fois par semaine, sur des parcours plus ou moins exigeants.

Cela va vous amener à un moment donner à devoir rouler énormément pour récolter peu de progrès. C’est ce que j’appelle arriver à un seuil de progression. 

Le point positif de cette méthode c’est le plaisir. Il est vrai que contrairement à un plan bien précis carré et établi, vous vous faites plaisir à rouler sans trop de plans prédéfinis. Donc pas de prise de tête, la seule exigence c’est un minimum de régularité. 

Le but étant, d’être régulier et de réaliser des sorties de plus en plus difficiles et surtout de se faire plaisir . 

Comme vous le voyez, je donne un avis de critique constructif dans ce point.

Car même avec la méthode classique de l’entretien et de l’amélioration de l’endurance qui ne demande pas de cadre ni de planification, mais juste d’être régulier il y a du positif, vous allez progresser sur le long terme.

Maintenant, il est clair que si vous avez des objectifs et si vous voulez progresser rapidement en endurance en VTT vous ne devez pas adopter cette manière de rouler à 100 pour cent.

Sinon vous ne progressez pas comme il faut et surtout pas rapidement, 😉 car il vous manquera le cadre et la structure d’un entraînement qualitatif et non pas quantitatif, avec un nombre de kilomètres à absorber. 

 

1.2 La deuxième manière de rouler pour entretenir et améliorer son endurance en VTT

2 manières de rouler pour améliorer son endurance en vtt

Crédit photo Daniel Diaz Vera

C’est ce que j’appelle une manière de rouler beaucoup plus programmé  et structurée pour entretenir et améliorer son endurance en VTT. Le but n’est pas seulement de rouler, d’accumuler des kilomètres pour progresser.

Le but est tout d’abord de suivre une programmation qui a une logique. Par exemple lorsque vous allez reprendre ou commencer le VTT, vous allez d’abord entretenir et améliorer votre endurance foncière.

Vous allez choisir des parcours pas très exigeants, le but c’est de réaliser un long effort pas très intense. 

Vous allez allonger vos sorties au fur et à mesure que vous allez rouler. Mais attention, vous allez également faire aussi le fractionner. Pour vous préparer au mieux à l’effort physique à réaliser en VTT. 

Dans cette manière de rouler, tout est structuré planifier pour améliorer votre endurance en VTT. Vous allez rouler à des rythmes très différents selon les sorties et selon votre progression.

Alors le point positif, c’est que vous savez où vous allez. Vous avez des repères et surtout si vous vous entraînez bien, vous allez faire beaucoup de progrès grâce notamment au travail du fractionné. 

Le gros négatif, c’est que vous allez devoir être motivé sur le long terme et que parfois suivre un programme à la lettre, comme un robot peut nous démotiver. On roule 2h parce qu’il faut rouler 2h et non 3h, car on a envie de rouler 3h.

Lorsqu’il faut faire une séance de fractionnée, c’est la séance de fractionner qui prime et pas une sortie pour se faire plaisir. 

Comme vous l’aurez compris dans les deux manières de rouler pour entretenir et améliorer son endurance en VTT, il y a des points positifs et des points négatifs.

 

Maintenant, quelle méthode choisir pour entretenir et améliorer son endurance en VTT

Alors nous avons vu deux manières bien différentes, de rouler en VTT pour améliorer son endurance. Il y a la manière traditionnelle d’avaler les kilomètres, sans trop structurer son entraînement.

La seule structure c’est la régularité. Puis, nous avons vu une autre manière de rouler qui est beaucoup plus structurée. On va réaliser des cycles des périodes de travail ou l’on ne va pas rouler du tout, de la même manière.

Entre ces deux manières de rouler, il va falloir faire un choix. Car trop structuré son entraînement c’est un risque de se démotiver, car la pratique du VTT c’est aussi du plaisir.

Mais ne pas structurer ses sorties c’est aussi une grosse erreur, car à un moment donné un stagne et on ne progresse plus aussi vite que l’on veut. 

Donc, que choisir entre ces deux manières de rouler ? J’ai envie de vous dire de mixer les deux. Par contre, je vous conseille vivement d’avoir tout de même une manière de rouler qui est structurée.

Avant je n’avais aucune structure, aucun planning. Je réalisai mes sorties à la même intensité. J’ai progressé, mais j’ai fini par stagner en roulant comme ça.

J’ai donc essayé de rouler d’une manière différente, en faisant des sorties où je ne roulais pas du tout à la même intensité. J’ai structuré mon entraînement.

Et bien, j’ai fait d’énormes progrès en très peu de temps. À cette époque-là, une randonnée VTT de 38 km et avec un dénivelé de 700 ou 800 m, je la réalisai en 3h en moyenne. 

Bien, sachez que grâce à des sorties plus structurées, je suis passé de 3h à 2h17 sur une sortie de 38 km avec un dénivelé positif de 800m.

Évidemment, c’est mon vécu. Cela ne va pas systématiquement marcher sur tout le monde. Mais il faut tester différentes manières de rouler, pour voir ce que cela peut donner au final.

Pour ma part, vous devez pour vraiment progresser en endurance en VTT avoir un entraînement structuré et ne surtout pas rouler à la même intensité, tout le temps et chercher à avaler les kilomètres. 

Par contre par moment c’est bien aussi de rouler un peu plus et de se faire plaisir. Bref de se lâcher un peu en faisant attention de pouvoir, par la suite bien récupérer ;). 

 

Astuce bonus : le principe de sur compensation pour améliorer son endurance en VTT

Alors, comprendre le principe de sur compensation me paraît assez important si l’on souhaite progresser en endurance en VTT, quelle que soit votre manière de rouler et de planifier vos sorties. 

C’est très simple lorsque vous allez réaliser une sortie en VTT. Votre corps va réaliser un effort, il va se faire mal en quelque sorte. Si vous récupérez bien le corps fera des réserves pour la prochaine sortie. 

Pour que ce soit clair dans votre esprit, si vous réalisez une sortie de 25 km et que vous avez mal aux jambes, vous avez bien travaillé et vous êtes fatigué. Pour la prochaine sortie, votre corps se sera habitué à cet effort de 25 km et vous allez donc moins souffrir. 

Donc il faudra soit faire une sortie plus longue, soit augmenter l’intensité de l’effort pour la prochaine sortie. Vous devez comprendre qu’à chaque fois que vous faites un effort, votre corps va faire des réserves et il va s’adapter pour le prochain effort . 

Vous devez pour progresser en endurance en VTT avoir une courbe ascendante. C’est-à-dire qu’il faudra toujours sortir de sa zone de confort, pour pouvoir réussir à progresser en endurance.

Car si vous faites les mêmes sorties si vous roulez toujours de la même manière, votre corps se sera habitué à vos efforts et vous ne progresserez pas ou très peu.

Donc, prenez ce principe de sur compensation au sérieux, le but étant que vous comprenez bien ce concept très important pour progresser en endurance en VTT sur le long terme. 

 

En résumé 

Bien, nous avons vu dans cet article deux manières très différentes de rouler en VTT pour améliorer son endurance. Avant d’abord le sujet principal de l’article, j’ai expliqué ce qu’était l’endurance. 

Ensuite, nous sommes entrées dans le vif du sujet. Nous avons d’abord vu la manière pas très structurée de rouler ou l’objectif est de réaliser des bornes.

Ensuite, nous avons vu la seconde manière de rouler en VTT beaucoup plus structuré et qui permettait notamment de rouler à des intensités bien différentes.

Nous avons vu les points forts et les points faibles de ces deux méthodes. Puis nous avons ensuite vu laquelle était la meilleure manière de rouler pour pouvoir progresser en endurance sur le long terme. 

Pour finir je vous ai expliqué un concept très important à comprendre si vous voulez progresser en endurance en VTT c’est le principe de sur compensation.

 

En conclusion

Voilà, nous arrivons à la fin de cet article, je vous remercie de l’avoir lu jusqu’à la fin. Je vous invite à le partager sans modération à votre entourage vos amis et à votre famille et bien sur sur les réseaux sociaux.

Puis dites-moi dans les commentaires, comment vous structurez votre entraînement pour progresser, le partage de chacun peut aider à progresser ;).

Sur ces paroles, je vous laisse et je vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour de nouveaux articles ;).

 


AVERTISSEMENT

La pratique du vtt comporte des risques. Je vous recommande vraiment la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des informations et des conseils qui vous sont donnés sur le blog pratiquerlevtt.

Aussi je vous demande la plus grande prudence dans votre pratique du vtt.

Je vous déconseille fortement de rouler seul car ça comporte des risques

Toujours laisser son itinéraire et informer le lieu et l’heure de la sortie à un ou plusieurs proches 

De prendre une assurance en cas d’accident sur un parcours de chute ou de vol.

De ne pas prendre de risque inconsidéré par mauvais temps ou mauvaise météo.

De ne pas surestimé vos capacités et votre propre niveau en vtt.

De respecter la nature et son environnement

Respecter les usagers sur les sentiers et dépasser les gens avec une grande prudence

De bien prévoir son itinéraire pour ne pas se perdre, carte ign parcours balisées ffc vtt gps 

Vous devez porter sur votre tête un casque homologué et un équipement adapté à la pratique du vtt à chacune de vos sorties.

Vous devez avoir un vtt en bon état avant de partir rouler et il doit être adapté à la pratique du vtt.

Ne prenez pas de risque inconsidéré dans les descentes et les parties techniques en vtt.

Vérifier toujours que vous avez votre équipement de secours et votre trousse de secours, ainsi que votre téléphone et une couverture de survie.

Vérifier que vous avez toujours de quoi boire et manger avant de partir.

Chers lecteur votre priorité c’est d’être en sécurité lorsque vous pratiquez le vtt !  Les informations qui sont données par le blog et la chaîne YouTube peuvent être modifiées ou mises à jour à tout moment.

N’oubliez pas d’aller rendre visite régulièrement à votre médecin pour vérifier votre état de santé.

N’oubliez pas, que si vous voulez démarrer le vtt une visite à votre médecin est indispensable pour vérifier votre santé et ne pas prendre, de risques inutiles


 

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :rouler a 25 km sans effort a vtt, rouler a 25 km sans effort

2 Commentaires

  1. Thierry

    Bonjour
    Je me suis mis au vtt au moi de mars
    Si je comprends bien votre raisonnement il serait bon de faire une sorti le dimanche matin de 60km pour le plaisir et une le mercredi de 25 30 km mais en forçant

    Répondre
    1. Florent Falanga (Auteur de l'article)

      Salut Thierry oui c’est un entrainement possible si vous avez du temps sinon au lieu de faire les sorties de 20 ou 30 km en forçant vous pouvez faire des séances de fractionnés avec des petits sprints de 10 segondes et une minute de récupération après que vous vous soyez bien échauffé genre 20 minutes.

      Il existe des tas de manières et de façon de s’entrainer pour progresser en vtt et notamment acquérir la fameuse caisse

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *