6 erreurs qui vous empêchent de monter les côtes en vtt

6 erreurs qui vous empêchent de monter les cotes en vtt.

6 erreurs qui vous empêchent de monter les côtes en vtt. Salut, les vététistes, réussir à monter une côte n’est pas une chose facile lorsque l’on commet certaines erreurs.

Le pire c’est lorsque nous ne savons pas que nous faisons des erreurs. Dans ce cas-là que se passe-t-il ? On répète nos erreurs et nous finissons, par poser le pied-à-terre et pousser le vélo.

Le portage fait partie de la pratique du VTT, mais uniquement dans des zones impraticables. Le portage en VTT ne doit pas se faire dans la majorité des cotes en VTT. Mais vous avez de la chance et vous savez pourquoi ?

Tout simplement, car la plupart des erreurs que vous faites dans les montées en VTT seront expliquées dans cet article. Du coup, vous aurez connaissance de ces erreurs et vous ne les répèterez plus.

Vous allez non seulement progresser dans les montées en VTT, mais vous allez aussi réussir à franchir les côtes que vous n’arrivez pas ou très difficilement à franchir auparavant. 

On va voir dans cet article 6 erreurs qui vous empêchent de grimper correctement les côtes en VTT. Une fois que nous aurons identifié ces erreurs, vous n’aurez presque plus d’obstacles pour franchir vos cotes 😉 . 

Bien sûr, vous ne pourrez pas monter toutes les côtes grâce aux conseils de cet article, car suivant votre niveau et la difficulté de la pente vous passerez tôt ou tard en mode portage. Bien sans plus attendre nous allons entrer dans le vif du sujet.

 

6 erreurs qui vous empêchent de monter les côtes en VTT .

 

Une mauvaise utilisation de ses vitesses en VTT

Commençons par l’erreur la plus commune des vététistes qui commencent le VTT et qui butent sur la majorité des montées. C’est tout simplement le fait de ne pas savoir se servir de ses vitesses.

Le VTT est équipé de plusieurs vitesses. Sans les vitesses, nous ne pourrions probablement pas grimper la majorité des côtes qui se dressent sous nos pédales. 

C’est lorsque nous nous servons de nos vitesses, mais aussi à nos jambes et nos capacités physiques ( il ne faut jamais oublier ça non plus ) que nous arrivons à franchir les montées sur notre VTT. 

Si vous ne savez pas vous servir de vos vitesses lorsque vous attaquez une montée. Vous allez tout simplement vous exploser les jambes, avant d’arriver à la fin de la montée. Vous n’allez descendre de votre VTT, le pousser et dire une fois que vous serez arrivé au sommet de cette maudite cote moi et le VTT plus jamais. 

C’est quand même dommage de se dire ça. Alors que le problème vient juste du fait que vous ne savez pas forcément bien utiliser vos vitesses à votre avantage, pour vous faciliter l’ascension.

Bon, nous verrons aussi dans l’article que les vitesses, ça ne fait pas tout. Mais se priver des vitesses ou mal les utiliser va vous pénaliser à 100 pour cent dans vos montées en VTT. 

Deux grosses erreurs sont notables lorsque l’on ne sait pas se servir correctement de ses vitesses en VTT et notamment dans les montées.

Soit on mouline trop vite et notre cœur monte trop vite et nous sommes essoufflés au bout de 10 m de cote. Soit, vous êtes sur un trop gros braquet et vous forcez comme un malade jusqu’à ce que vous descendez du vélo. 

Le secret, trouver le bon braquet pour la bonne pente. Donc vous devez déjà savoir, ce que cela fait de pédaler dans le vide sur le plat. Ainsi que la force que vous allez devoir mettre dans les jambes lorsque vous serez sur de plus gros braquets.

Ensuite, vous allez devoir anticiper les changements de terrain et adapter votre braquet et votre vitesse au rythme de pédalage qui vous convient. Vous allez alors utiliser vos vitesses à votre avantage et non à votre désavantage. 

Être conscient de cette erreur-là, va-vous permettre de progresser de manière rapide cela ne fait pas tout dans les côtes. Mais c’est un point très important à ne pas négliger pour ne plus pousser votre VTT à chaque cote.

 

Avoir de mauvais pneus 

A voila la deuxième erreur qui risque vraiment de vous empêcher de grimper les côtes en VTT. C’est tout simplement le fait d’avoir de mauvais pneus.

À votre avis, qui de ces deux vététistes va mieux réussir à grimper les côtes en VTT ? Le vététiste qui a des pneus usés ou pires des pneus qui ne sont pas adaptés aux terrains de la pratique du VTT.

Où le vététiste qui a pris le soin d’avoir de bon pneu qui adhérent et accrochent bien ? Et bien sans surprise bien évidemment c’est le second vététiste qui aura beaucoup moins de mal à grimper les côtes en VTT.

Cela parait évident et pourtant j’ai croisé il y a quelques mois un vététiste qui poussait le VTT.

Je lui dis bonjour ( courtoisie ) et ensuite je le vois remonter sur sa monture là ou la pente était moins raide. Le problème c’est lorsqu’il a appuyé sur les pédales les pneus, n’ont pas adhéré au sol et sa roue arrière patinez.

Du coup, il a dû descendre de son VTT et le pousser. S’il avait eu de bons pneus adaptés au terrain il aurait sans nul doute réussi à grimper la côte et son pneu arrière n’aurez pas patiné.

À travers cette histoire que j’ai vue, je veux vraiment vous faire comprendre l’importance dans le choix que vous allez faire de choisir vos pneus. Surtout, vous devez les changer lorsqu’ils sont trop usés. Car en plus de vous pénaliser dans les montées, cela va peut-être être réellement dangereux pour vous dans les descentes. 

Idem si vous avez des pneus qui sont inadaptés aux terrains sur lequel vous pratiquez le VTT. Si vous avez des pneus semi slick ou des pneus lise attention aux dégâts. Vous allez n’avoir aucune accroche et aucune adhérence dans les montées, mais aussi dans les descentes. 

Vous l’aurez donc compris, le choix de vos pneus ne doit pas être pris à la légère. Si vous ne voulez pas à chaque fois perdre de l’adhérence dans les montées en VTT, appliquez ce conseil de bon sens. J’ai écrit un article dans lequel je donne des conseils pour bien choisir ses pneus pour la pratique du VTT cliquez ici pour le lire. 

 

Avoir la position de votre selle qui est trop basse 

Une autre erreur que vous faites peut-être et qui va augmenter la douleur que vous allez avoir dans les cuisses lorsque vous allez grimper une côte en VTT c’est la auteur de la selle.

Si votre selle est trop basse, vous allez trop forcer sur vos cuisses et vous allez donc vous bruler avant d’arriver à la fin de la côte. 

Vous devez monter sur votre selle et voir si votre jambe est tendue et légèrement fléchie, lorsque votre pédale et au plus bas possible.

Autre chose aussi. Il ne faut surtout pas faire le contraire c’est-à-dire trop monter votre selle, car les conséquences peuvent être dangereuses et douloureuses pour vos genoux. 

Bien régler sa selle c’est s’assurer premièrement de ne pas se blesser. C’est aussi ne pas risquer de se cramer les cuisses avant la fin de la côte . 

 

Ne pas réussir à anticiper à l’avance les obstacles à venir

Alors oui ça aussi cela peut vous pénaliser, et c’est peut-être une erreur que vous faites et qui va vous empêcher de réussir à grimper votre chère et tendre montée :).

Si vous ne savez pas regarder plus loin que votre roue lorsque vous escaladez les côtes, vous risquez fort bien de vous retrouver née à née d’un seul coup avec un obstacle que vous ne pourrez pas franchir. 

Et que se passe-t-il lorsque l’on ne peut pas franchir un obstacle dans une montée ? On descend tout simplement de son VTT et on le porte jusqu’à la fin de la montée.

Bon dans certaines circonstances vous n’aurez pas le choix, à moins d’être un pro du trial, mais la nature peut nous offrir des défis que nous ne pourrions pas relever.

Mais dans beaucoup d’autres circonstances, vous allez réussir à franchir vos obstacles dans les montées à une seule condition. C’est de réussir à anticiper les obstacles. Donc la question est, comment fait on pour anticiper ?

Il faut les voir avant que les obstacles s’approchent trop près de vos roues. Disons que si vous anticipez l’obstacle à 10 cm de votre roue j’ai envie de dire que c’est un peu trop tard….

Je ne vais pas vous dire quelle longueur il va vous falloir exactement entre vous et l’obstacle. Nous ne faisons pas un cours de math et je ne suis pas prof de math à mon grand regret…… je préfère le VTT. 

Bref, arrêtons de déconner et restons sérieux. Vous l’aurez compris à travers cet exemple. Si vous anticipez suffisamment loin l’obstacle à venir en montée en avance, vous allez pouvoir vous préparer soit à le franchir soit à l’éviter en passant à côté s’il est trop difficile. 

Il faut être réactif et essayer toujours d’anticiper. Car les montées ne sont pas toujours propres. Ce n’est pas comme la route, vous faites du VTT du vélo tout terrain et qui dit vélo tout terrain dit, terrain massacré. Bon, c’est ce qui fait le charme et le plaisir de notre sport. 

Parfois même lorsque l’on est bien préparé ils nous arrivent parfois de pousser le vélo car la nature nous impose un trop gros défi. 

6 erreurs qui vous empêchent de monter les côtes en vtt

Crédit photo Dirk Bormann

 

Le manque d’entrainement 

Je pense que c’est une des plus grosses erreurs que vous pouvez faire si votre plus grand souhait est de grimper le plus de côtes possible.

Si vous ne pratiquez pas régulièrement le VTT ( une fois par semaine minimum ) vous allez régresser. Ça, vous le savez et je vous le répète assez souvent sur le blog, mais également dans mes vidéos sur YouTube bref.

Mais surtout comment voulez-vous faire grimpette sur la majorité des montées si vous ne pratiquez pas régulièrement le VTT. 

Vos muscles doivent véritablement s’habituer à cet effort, car il est particulier. Et ne me dites pas ouais, moi j’ai fait du foot cette semaine ou du rugby à la place du VTT j’ai compensé.

Vous n’avez compensé rien du tout. Attention toutefois, je n’ai jamais dit que je n’aimais pas les sport co. Je dis juste que les muscles réagissent de manière bien différente suivant le sport que l’on pratique.

Et l’effort d’un sport Co ou d’un autre sport est très différent du VTT. L’effort qui se rapproche le plus du VTT est le vélo sur route, et d’un point de vue cardio la course à pied la marche sur des parcours physiques ou la marche nordique. 

J’ai donné l’exemple des sports co mais j’aurai pu donner un exemple d’un autre sport ou l’effort est bien différent de la pratique du vtt.

Donc vous l’aurez compris, la 5e erreur qui va vous empêcher de grimper correctement les côtes et cette erreur c’est votre manque d’entrainement. 

Pour pallier à cette erreur il n’y a pas trente-six solutions, entrainez-vous, sortez régulièrement, au minimum une fois par semaine et vous verrez les progrès sur le long terme.

 

Avoir un mauvais positionnement lors d’une montée raide

Votre positionnement lorsque vous allez grimper une côte raide en VTT est très important. Si vous vous mettez debout sur les pédales en danseuse lors de très fort pourcentage vous risquez de perdre de l’adhérence et donc de poser le pied à terre.

Cela serait vraiment dommage d’échouer comme ça non ? Donc lorsque vous êtes sur une forte pente ou l’adhérence est délicate. Vous allez devoir rester assis sur votre selle et vous positionner à l’avant de votre VTT puis tirer sur votre guidon.

Assis en tirant sur le guidon, voici la position à avoir pour garder une bonne adhérence lors des très forts pourcentages dans les montées. 

6 erreurs qui vous empêchent de monter les côtes en vtt

Crédit photo Dirk Bormann

Vous allez réussir à garder une bonne adhérence dans cette position en affrontant toutes sortes de pentes raides.

 

En conclusion 

Pour conclure cet article intitulé 6 erreurs en vtt qui vous empêchent de monter les côtes. Nous avons vu dans cet article 6 erreurs qui peuvent véritablement vous pénaliser les côtes en VTT. 

Et ce serait dommage de continuer à faire ces erreurs qui peuvent continuer de vous pénaliser.

La solution, et bien c’est de prendre conscience de ces 6 erreurs, d’identifier celle que vous faites et ne plus les refaire tout simplement. 

Vous trouvez que cet article vous a apporté de la valeur ? Vous pensez qu’il vous a aidé à progresser dans les côtes ?

Si c’est le cas, je vous invite à le partager à un maximum de vététiste sur les réseaux sociaux et à votre entourage pour qu’eux aussi progressent dans les côtes en VTT s’ils font une de ces 6 erreurs qui les pénalisent. 

Salut, les vététistes, et à la semaine prochaine pédalez bien 😉 ! 

 


AVERTISSEMENT

La pratique du vtt comporte des risques. Je vous recommande vraiment la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des informations et des conseils qui vous sont donnés sur le blog pratiquerlevtt.

Aussi je vous demande la plus grande prudence dans votre pratique du vtt.

Je vous déconseille fortement de rouler seul car ça comporte des risques

Toujours laisser son itinéraire et informer le lieu et l’heure de la sortie à un ou plusieurs proches 

De prendre une assurance en cas d’accident sur un parcours de chute ou de vol.

De ne pas prendre de risque inconsidéré par mauvais temps ou mauvaise météo.

De ne pas surestimé vos capacités et votre propre niveau en vtt.

De respecter la nature et son environnement

Respecter les usagers sur les sentiers et dépasser les gens avec une grande prudence

De bien prévoir son itinéraire pour ne pas se perdre, carte ign parcours balisées ffc vtt gps 

Vous devez porter sur votre tête un casque homologué et un équipement adapté à la pratique du vtt à chacune de vos sorties.

Vous devez avoir un vtt en bon état avant de partir rouler et il doit être adapté à la pratique du vtt.

Ne prenez pas de risque inconsidéré dans les descentes et les parties techniques en vtt.

Vérifier toujours que vous avez votre équipement de secours et votre trousse de secours, ainsi que votre téléphone et une couverture de survie.

Vérifier que vous avez toujours de quoi boire et manger avant de partir.

Chers lecteur votre priorité c’est d’être en sécurité lorsque vous pratiquez le vtt !  Les informations qui sont données par le blog et la chaîne YouTube peuvent être modifiées ou mises à jour à tout moment.

N’oubliez pas d’aller rendre visite régulièrement à votre médecin pour vérifier votre état de santé.

N’oubliez pas, que si vous voulez démarrer le vtt une visite à votre médecin est indispensable pour vérifier votre santé et ne pas prendre, de risques inutiles


 

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment monter une cote sans être essouflé, difficulte a monter les cotres, entrainement vtt en cote, pourquoi je ne monte les cotes en velo, progresser en cote vtt

5 thoughts on “6 erreurs qui vous empêchent de monter les cotes en vtt.

  1. Kayth

    octobre 17, 2016 at 11:13

    Je suis débutant en VTT mais j’ai quand même 30 ans de vélo de course derrière moi et j’allie aujourd’hui les deux.
    Effectivement la position pour grimper en VTT est totalement différente que le course.
    Malgré le fait de bien me pencher en avant comme vous conseillez, j’ai desfois la roue avant qui décolle (peut être que je me redresse naturellement ??) et me fait perdre de l’adhérence parfois et me fait descendre de vélo par perte d’équilibre. Est-ce que le fait que je ne pèse pas lourd peut jouer (46 kg) ? Merci pour vos conseils.

    • Florent Falanga

      octobre 17, 2016 at 11:29

      Salut et merci pour vos commentaires, oui le poids peut jouer, après les pneus ont aussi une grande importante. Suivant l’état du terrain ou le type de terrain un pneu va mieux accrocher qu’un autre, je roule en Hutchinson Taipan et je n’ai pour l’instant pas eu de soucis d’adhérence en montée.

      Donc la position le poids et les pneus et l’état du terrain joue un rôle important.

      • Kayth

        octobre 17, 2016 at 11:35

        Merci pour votre réponse.
        Pour les pneus, ce sont des Hutchinson Python à l’avant et à l’arrière (le vélo était vendu équipé ainsi).
        Et l’état du terrain est sec.
        J’évite de toute façon les sorties quand c’est trop humide.
        De toute façon, je débute et j’espère que je vais améliorer ma position au fil des sorties.

  2. VASSEUR JEROME

    juin 8, 2017 at 12:40

    Bonjour à tous les vtt restes. Qu’ils soient vae ou traditionnelle. Pour ma part j’ai repris le vtt à 51 ans avec un vae et ai opté pour des pédales mixtes moitié automatique moitié normales. Je m’y suis vite adapté et la combinaison des pédales automatique avec l’assistance électrique sont un vrai bonheur quand on a besoin d’un bon boost en montée ou sur du plat face au vent. Jérôme

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publiée. Les champs Nom et Courriel sont obligatoires.