Comment éviter une grave blessure musculaire en vtt

Comment éviter une grave blessure musculaire en vtt

Comment éviter une grave blessure musculaire en vtt ? Salut, les vététistes dans l’article, d’aujourd’hui je vais répondre à cette question.


Avant de commencer je tiens à te préciser que j’offre un atelier vidéo totalement gratuit ou je te partage la méthode pour améliorer ton endurance en vtt en 40 minutes par semaine pour y avoir accès gratuitement clique ici.


Alors avant d’y répondre je vais vous expliquer l’importance et l’impact d’une mauvaise blessure musculaire sur votre progression en VTT.

Car si vous vous faites un claquage ou une déchirure musculaire vous en aurez pour plusieurs mois d’arrêts complets de pratique. Et cela veut dire que vous allez redémarrer de zéro au niveau de votre condition physique, vous allez également perdre en technicité. 

D’autant plus que vous allez être gêné dans la vie de tous les jours, en plus des nombreux examens à réaliser pour savoir exactement la gravité de la blessure bref… Au niveau du plaisir, ce n’est vraiment pas le top surtout qu’en ce moment on est dans les beaux jours. 

Et je ne pense pas que vous avez envie de rater ses belles journées en étant sur votre VTT à pédaler en prenant plaisir. Puis si vous préparez un raid vtt en été ou à l’automne prochain ce n’est pas le moment de se claquer un muscle ! 

C’est pour ça qu’il est vraiment important d’avoir une réponse à cette question et c’est ce que je vais essayer de vous donner dans cet article.

 

Comment éviter une grave blessure musculaire en vtt ? 

 

Les différentes pathologies musculaires 

Alors ce qu’il faut savoir c’est qu’une blessure musculaire de ce type n’arrive jamais par hasard. Ce n’est pas comme si c’était la faute à pas de chance.

Il y a différentes sortes de blessures musculaires, il y a des blessures qui ne sont pas graves et d’autres qui vont vous immobiliser plusieurs mois comme la fameuse déchirure musculaire.

Lorsque vous faites un effort physique intense et long et que le lendemain vous avez des courbatures, ceci est un traumatisme musculaire, ce sont de micros déchirures. 

Ensuite, vous avez la crampe qui est une contraction musculaire involontaire due à un manque de magnésium potassium et surtout à un état de fatigue avancé du muscle pendant l’effort.

Puis vous avez la contracture musculaire, c’est une contraction involontaire du muscle plus violente et qui dure plus longtemps que la crampe. 

Cette contraction a pour but de protéger le muscle ou les articulations d’une blessure plus grave, c’est une blessure préventive. En général à ce stade vous en avez pour une dizaine de jours avant de vous en remettre. 

Puis vous avez les claquages et les déchirures musculaires, ce sont les pathologies les plus graves. Néanmoins, le claquage est une pathologie moins grave qu’une déchirure musculaire. 

Pour le claquage ce sont quelques fibres musculaires qui sont détruites alors que pour une déchirure c’est l’ensemble des faisceaux musculaires complet qui se sont déchirés. 

Que ce soit le claquage ou la déchirure musculaire, vous allez ressentir une douleur TRÈS violente lorsque cela va vous arriver. La douleur est soudaine et elle impose l’arrêt de l’activité. 

En gros si vous avez une déchirure musculaire, en plein milieu de la ponpa en pleine nature, vous avez plus qu’à appeler les pompiers pour qu’ils viennent vous ramener.

Bien sûr à ce stade vous allez avoir un muscle un peu déformé et un bel hématome qui risque de se créer au niveau du traumatisme. Et dans 90 % des cas, ce genre de traumatisme se produit pendant un effort physique. 

Bien entendu à ce stade c’est repos complet pendant plusieurs mois et la reprise devra se faire de manière TRÈS progressive. 

 

Les leviers pour éviter d’avoir ces traumatismes musculaires 

Alors pour éviter les pathologies ( grave ) il faut prendre conscience de plusieurs choses,

Un claquage et une déchirure musculaire vont se produire si vous effectuez un effort à froid. Le muscle n’ait pas prêt vos chances qu’il se déchire augmentent à vitesse grand V. Mais aussi le cas si vous êtes en mode sur entrainement et que votre muscle est fatigué et usé.

Attention si vous ne faites plus de sport depuis un long moment et même si vous vous êtes bien échauffé vous risquez de vous faire un claquage ou une déchirure musculaire, si vous réalisez un effort trop violent que le muscle n’est pas habitué à faire.

Exemple : si vous reprenez le VTT après 1 an d’arrêt et que vous vous mettez dans vos premières sorties à faire 50 km avec 2000m de dénivelé positif là, vous risquez de vous flinguer au niveau musculaire. 

Bien évidemment, l’hygiène de vie joue un rôle important. Si vous mangez, dormez ou si vous avez une mauvaise hydratation au quotidien à la longue cela crée de la fatigue qui peut augmenter vos chances d’avoir ce claquage ou cette déchirure musculaire. 

Vous pouvez également avoir un claquage ou une déchirure musculaire si vous reprenez trop tôt et pas de manière progressive la pratique du VTT après une élongation.

Donc ce qu’il faut faire pour éviter tout ça :

  • échauffez-vous bien avant de faire un effort violent
  • reprenez le VTT de manière régulière si vous avez arrêté depuis un long moment 
  • et surtout faites attention après une élongation de ne pas reprendre trop vite ( 10 jours ) sinon vous risquez le claquage ou la déchirure musculaire

 

Comment soigner une déchirure ou un clacage musculaire ? 

La première des choses c’est le repos. De toute façon vous ne pourrez pas forcer sur votre muscle, car la douleur intense vous rappellera que vous avez une grave blessure et que vous vous êtes déchiré.. 

On ne parle pas d’être déchiré à l’alcool après une soirée bien arrosée, mais bien de blessure musculaire ^^ 

Vous pouvez faire des séances de kiné, ou bien passer un gant chaud sur la surface de la blessure. Il existe également des anti-inflammatoires pour calmer la douleur.

Si vous ne voulez pas voir apparaître un hématome important, un bandage serré ( pas trop le but n’est pas non plus de faire un garo pour couper la circulation du sang ) peut faire l’affaire. 

Ce qui est important de comprendre c’est que si vous ne soignez pas correctement une déchirure musculaire, vous allez avoir d’autres blessures qui vont apparaître et vous allez vous entrer dans un cercle vicieux qui va être horrible. 

 

Oui, mais dans les randos VTT c’est difficile de s’échauffer on attaque par des côtes 

Il est tout à fait possible de réaliser un échauffement avant de vous engager dans les premières difficultés lorsque vous participez à une randonné VTT. J’ai même envie de dire que cela doit devenir une habitude. 

Mais bon bien souvent c’est le contraire on part rouler au feeling et des le départ d’une rando VTT on roule parfois trop vite d’entrée… Sachez que maintenant dans la majorité des randos vous avez les premiers kilomètres qui sont plats. 

Bref, j’ai écrit un article sur le sujet justement si vous voulez creuser un peu plus le sujet ce que je vous invite vraiment à faire cliquer ici pour le lire

 

Comment savoir si on est chaud ?

Vous avez des signes comme la sueur le fait d’être essoufflé, mais le meilleur indicateur, reste le cardio fréquence mètre.

C’est un appareil qui sert à mesurer votre rythme cardiaque. Si vous arrivez progressivement à monter jusqu’à 90 % de votre fC max à la fin de votre échauffement, vous êtes suffisamment chaud pour rouler à votre vrai rythme en VTT. 

Car il ne faut pas oublier le but de l’échauffement qui est de préparer le corps à l’effort qu’il va devoir encaisser dans la sortie la rando ou le raid VTT. 

 

Attention aux chutes

On pense souvent que lorsque l’on chute, on va risquer de se casser quelque chose, ce qui est vrai, mais…. Vous pouvez aussi vous faire une grosse blessure musculaire. 

Bon c’est plus rare, mais c’est possible si par exemple votre cuisse heurte violemment un roché oun un arbre suite à une chute il peut y avoir blessure musculaire.

 

En conclusion

C’est la fin de cet article intitulé comment éviter une grave blessure musculaire ? J’espère vous avoir apporté des réponses à ces questions.

C’est un sujet important, car nos muscles peuvent se retrouver fragilisés et vous pouvez vraiment entrer dans un cercle vicieux suite à un mauvais échauffement ou à une mauvaise rééducation d’une ancienne blessure.

Cet article a pour but de prévenir avant de guérir, je vous invite vraiment à suivre les conseils que je vous ai donnés pour diminuer vos chances d’avoir des soucis musculaires et de retarder votre progression en VTT.

Si vous avez aimé cet article, je vous invite à le partager sans modération sur les réseaux sociaux. Quant à moi je vous donne rendez-vous pour un prochain article salut les vététistes. 😉

 

Crédit photo principale : Ivo Zahradníček

 


PRUDENCE

La pratique du vtt comporte des risques. Je vous recommande vraiment la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des informations et des conseils qui vous sont donnés sur le blog pratiquerlevtt..

Si vous roulez seul laisser un itinéraire de votre sortie à l’un de vos proche ainsi que l’heure de votre sortie 

Je vous conseille de laisser votre itinéraire et d’informer le lieu et l’heure de la sortie à un ou plusieurs proches 

Je vous conseille de prendre une assurance en cas d’accident sur un parcours de chute ou de vol.

De ne pas prendre de risque inconsidéré par mauvais temps ou mauvaise météo.

De ne pas surestimé vos capacités et votre propre niveau en vtt.

De respecter la nature et son environnement

Respecter les usagers sur les sentiers et dépasser les gens avec une grande prudence

De bien prévoir son itinéraire pour ne pas se perdre, carte ign parcours balisées ffc vtt gps 

Vous devez porter sur votre tête un casque homologué et un équipement adapté à la pratique du vtt à chacune de vos sorties.

Vous devez avoir un vtt en bon état avant de partir rouler et il doit être adapté à la pratique du vtt.

Ne prenez pas de risque inconsidéré dans les descentes et les parties techniques en vtt.

Vérifier toujours que vous avez votre équipement de secours et votre trousse de secours, ainsi que votre téléphone et une couverture de survie.

Vérifier que vous avez toujours de quoi boire et manger avant de partir.

N’oubliez pas d’aller rendre visite régulièrement à votre médecin pour vérifier votre état de santé.

N’oubliez pas, que si vous voulez démarrer le vtt une visite à votre médecin est indispensable pour vérifier votre santé et ne pas prendre, de risques inutiles

Recherches utilisées pour trouver cet article :comment éviter les chutes en vtt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *