Comment monter les côtes en vtt sans se brûler les jambes

Comment monter les côtes en vtt sans se brûler les jambes

Comment monter les côtes en VTT sans se brûler les jambes ? Salut dans cet article je vais répondre à cette question pour que tu puisses mieux gérer tes efforts dans les côtes. Je pense que tu sais l’importance de bien gérer ses efforts lorsque tu franchis des côtes dans tes sorties en VTT.

Suivant ta condition physique et tes objectifs ( plaisir ou performance), tu vas rouler à une certaine allure dans les côtes pour gérer au mieux ton effort et ne pas te brûler les jambes à la première difficulté. 

C’est important, car si tu te crames dès la première cote tu ne pourras pas récupérer au fil de la sortie même si ensuite il y a une grosse portion de plat ou de descente. Pour récupérer d’un tel effort il te faudra en moyenne entre 24 et 48h donc n’espère pas récupérer durant ta sortie après t’être bien cramé dans une côte… 

Alors tu vas peut-être te dire oui, mais comment reconnaître si on s’est cramé dans une cote… C’est une très bonne question, il suffit d’être complètement épuisé à la fin d’une cote d’avoir du mal à retrouver son souffle pendant plusieurs minutes après la fin de la difficulté et avoir énormément mal aux jambes…

Et je pense que tu le sais déjà, mais la suite de la sortie sera très difficile pour toi tu vas aussi augmenter les risques d’avoir de sérieuses crampes musculaires, ect…

Le but de cet article est de t’empêcher de vivre ce genre de situation, entrons donc dans le vif du sujet.

Comment monter les côtes en VTT sans se brûler les jambes ?

 

La gestion de l’effort et une bonne condition physique sont les clés pour ne pas se cramer.

Il est clair que pour ne pas se cramer dès la première côte, il faut être conscient de son niveau pour rouler à un rythme et s’économiser un maximum en début de sortie ou de rando VTT. Certains vont rouler plus vite. D’autres vont rouler moins vite. Nous avons tout un rythme différent, car nous avons tous un niveau différent. 

La gestion de l’effort c’est une chose, mais parfois les difficultés sont tellement difficiles que cela devient compliqué de gérer son effort si on n’a pas la bonne condition physique.. Car il est aussi question d’avoir une bonne condition physique.

Le vététiste qui ne roule pas régulièrement et qui affronte des côtes raides et difficiles a le plus de chance de se carboniser. Car il n’a pas les capacités physiques pour bien gérer un effort dans une côte.

Le rythme cardiaque va trop rapidement monter, l’acide lactique va se déverser dans les muscles et le vététiste sera rapidement à bout. La solution c’est à la fois d’avoir la caisse et un bon foncier et de savoir gérer ses efforts dans les côtes. 

 

 

Le mode d’emploi pour ne pas se cramer dans les côtes 

 

1/ L’échauffement est indispensable 

C’est quelque chose dont je n’ai pas encore trop parlé, mais il est évident que sans échauffement même avec une bonne condition physique on va à la catastrophe.

Non seulement on augmente les risques de se blesser, mais aussi de se cramer, car on n’aura pas préparé le corps à l’effort qu’il va devoir subir. Donc ne jamais négliger l’échauffement, même si vous voyez d’autres vététistes en rando qui ne s’échauffe pas et qui partent à fond d’entrée… 

Un échauffement bien mené n’a pas besoin de durée 30 minutes, 15 minutes suffit. 

 

2/ ne roulez pas au rythme des autres 

C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire et pourtant cela peut réellement te pénaliser. Surtout lors des randos VTT. Tu es vraiment tenté de suivre un groupe ou un vététiste qui te double dans une cote…

En fessant cela, tu vas rapidement aller dans le rouge… Quand on parle d’aller dans le rouge, cela consiste à entrer dans une zone ou ton rythme et bien trop élever… Du coup, tu vas rapidement te cramer.

N’oublie pas de toujours suivre ton rythme, quel que soit les vététistes qui te double, l’objectif c’est de ne pas te cramer dès les premières difficultés pour ne pas finir remplie de crampes.

 

3/ ta condition physique il te faudra l’améliorer

Plus tu auras une meilleure condition physique, plus tu pourras être à l’aise dans les côtes et plus tu pourras te permettre d’être dans le rouge sans te carboniser. Au fil des sorties et des séances, ton corps va s’habituer aux efforts que tu vas lui faire subir et tu vas améliorer tes capacités physiques. 

Il y a plusieurs façons d’améliorer sa condition physique en VTT… Faire des sorties régulières chaque week-end est une base qui ne faut pas négliger. C’est vraiment le strict minimum..

Ensuite pour aller plus loin tu peux faire un autre sport dans la semaine ou des séances complémentaires qui vont booster ta condition physique. J’ai écrit un article il y a quelque jours qui pourra t’aider à ce sujet clique ici pour le lire.

 

4/ L’hydratation pendant ta sortie 

Il est évident que si tu ne t’hydrates pas bien tu risques de te cramer dans les côtes plus rapidement. Je m’explique, sais-tu qu’une perte hydrique de 1 à 2 % équivaut à une baisse des performances de plus de 10 %. 

Alors même si tu t’es bien échauffé, même si tu as une excellente condition physique, en t’hydratant mal voire même très mal tu vas avoir une chute de tes performances. Donc, tu vas augmenter le risque de te cramer dans les côtes, mais aussi d’avoir des désagréments plus graves dus à la déshydratation.

L’objectif n’est pas de boire 6 litres d’eau. Cela pourrait même être dangereux. Non le but est de boire régulièrement. C’est une habitude à prendre. Je te conseille de faire de petites sorties ou tu vas prendre cette habitude de t’hydrater très régulièrement durant tes sorties en VTT. Deux fois, toutes les 10 minutes est une bonne chose. 

Attention également à l’automne et l’hiver où le climat n’est pas le même que l’été. L’été on ressent beaucoup plus la soif que quand il fait moins chaud. La conséquence c’est que lorsqu’il fait moins chaud on a tendance à moins d’hydrater, car on ressent beaucoup moins le besoin de boire..

D’où le fait de prendre cette habitude de s’hydrater régulièrement durant les sorties en VTT.

 

5/ un braquet souple tu utiliseras durant les côtes techniques

Il est très important d’avoir un braquet souple lorsque tu franchiras des côtes techniques avec pas mal de franchissement… Si tu utilises des braquets trop importants, tu ne vas pas avoir assez de souplesse au niveau du pédalage et cela va réellement te gêner dans ce genre de côtes.

Tu vas dépenser plus d’énergie et tu es beaucoup plus susceptible de te cramer sur ce genre de côte. Si tu as une très bonne condition physique tu peux te permettre de franchir certaines cotes techniques, avec du gros braquet par contre… 

Si ta condition physique est moyenne, je t’invite vraiment à utiliser des braquets souples, car cela facilite vraiment le franchissement de ce genre de cote en VTT que tu pourras rencontrer souvent.

 

En conclusion 

C’est la fin de l’article intitulé comment monter les côtes en VTT sans se brûler les jambes. Si tu as aimé cet article je t’invite à le partager sans modération sur les réseaux sociaux quant à moi je te donne rendez-vous dans un prochain article salut.

Crédit photo : pcdazeroGianni Crestani


PRUDENCE

La pratique du vtt comporte des risques. Je vous recommande vraiment la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des informations et des conseils qui vous sont donnés sur le blog pratiquerlevtt..

Si vous roulez seul laisser un itinéraire de votre sortie à l’un de vos proche ainsi que l’heure de votre sortie 

Je vous conseille de laisser votre itinéraire et d’informer le lieu et l’heure de la sortie à un ou plusieurs proches 

Je vous conseille de prendre une assurance en cas d’accident sur un parcours de chute ou de vol.

De ne pas prendre de risque inconsidéré par mauvais temps ou mauvaise météo.

De ne pas surestimé vos capacités et votre propre niveau en vtt.

De respecter la nature et son environnement

Respecter les usagers sur les sentiers et dépasser les gens avec une grande prudence

De bien prévoir son itinéraire pour ne pas se perdre, carte ign parcours balisées ffc vtt gps 

Vous devez porter sur votre tête un casque homologué et un équipement adapté à la pratique du vtt à chacune de vos sorties.

Vous devez avoir un vtt en bon état avant de partir rouler et il doit être adapté à la pratique du vtt.

Ne prenez pas de risque inconsidéré dans les descentes et les parties techniques en vtt.

Vérifier toujours que vous avez votre équipement de secours et votre trousse de secours, ainsi que votre téléphone et une couverture de survie.

Vérifier que vous avez toujours de quoi boire et manger avant de partir.

N’oubliez pas d’aller rendre visite régulièrement à votre médecin pour vérifier votre état de santé.

N’oubliez pas, que si vous voulez démarrer le vtt une visite à votre médecin est indispensable pour vérifier votre santé et ne pas prendre, de risques inutiles

 

Recherches utilisées pour trouver cet article :vtt et jambe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *