Faut-il faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT

Faut-il faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT ?

Faut-il faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT ? Salut, les vététistes dans cet article, je vais vous parler d’entraînement. Pourquoi c’est important de savoir s’il faut oui ou non faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT ? 

Tout simplement, car pour progresser en VTT il faut rouler, comme toute activité si vous ne la pratiquez pas vous ne progresserez pas. En VTT pour avoir la caisse et une bonne condition physique vous allez devoir rouler régulièrement semaine après semaine.

Mais le problème, ce qui va vous limiter le plus c’est le temps que vous avez de disponible pour faire des heures de selles. Nous avons tous des contraintes qui vont nous empêcher d’enchaîner les heures de selles.

Et si vous n’arrivez pas à être régulier, vous allez régresser et perdre votre condition physique. D’où l’importance de répondre à cette question qui est :

Faut-il faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT ?

 

 

La vieille école

Alors je sais que cela ne va pas plaire à tout le monde, mais oui l’ancienne école consiste à faire des heures de selles. À l’époque, les coureurs des années 70 roulaient en moyenne 50 000 km par an… 

Aujourd’hui, les coureurs de très haut niveau roulent moins de 40 000km par an. Oui, car faire des heures de selles à plusieurs inconvénients, le premier c’est le temps oui les cyclistes et vététistes pros passent énormément de temps sur leur vélo. Eux ils ont le temps, vous non. 

L’autre inconvénient c’est la fatigue accumulée, plus vous accumulez des heures de selles et plus vous allez accumuler de la fatigue. Vous allez solliciter vos tendons et vos articulations et vous augmentez le risque de blessure. 

Car avant tous ceux qui avaient le physique pour enchaîner les bornes sans se blesser ils arrivaient à progresser, et les autres et bien ils restaient sur le carreau. En plus de tout ça, vous risquez de vous transformer en diesel, car vous n’allez pas travailler précisément des qualités physiques indispensables à développer notamment en VTT.

Donc si vous manquez de temps pour rouler en semaine j’ai envie de vous dire que ce n’est pas plus mal, pourquoi ? Tout simplement, car cela va vous forcer à trouver d’autres solutions et à vous tourner vers d’autres méthodes d’entraînements beaucoup plus efficaces.

Des entraînements plus efficaces qui prennent moins de temps ? 

Donc, parlons maintenant des méthodes plus efficaces. Pour cette partie, je m’inspire de l’ouvrage, la bible de la préparation physique de Didier REISS et du Dr Pascal PRÉVOST.

Des tests ont été réalisés sur des efforts longs et continus et sur des efforts intermittents et les résultats ont été unanimes. Les efforts d’intensités très élevées améliorent non seulement l’endurance, mais également les qualités de puissances. 

Si vous faites une séance de 45 minutes et que pendant 30 minutes vous faites des sprints de moins de 10 secondes avec une récupération de 3 minutes entre chaque sprint… C’est comme si vous aviez roulé pendant 2h30. 

Vous avez fait une économie de 2 heures et ce n’est pas négligeable. En plus de gagner un temps fou, vous allez éviter le fameux effet diesel, qui va vraiment vous gêner dans votre pratique du VTT. 

Et ce qu’il y a de bien avec cette méthode c’est que vous gagnez du temps pour la récupération, car vous n’allez pas rouler pendant 2h30 et du coup vous allez avoir 2 heures de plus pour récupérer. Sur un mois complet, cela fait 8 heures de récupération en plus.

Sur 6 mois ça fait 48 heures de récupération en plus et sur une année 96 heures de récupération en plus sur le long terme les chiffres sont impressionnants. Comme vous le savez en progresse lorsque l’on récupère donc cela a une grosse importance

 

Comment mettre en place ce genre de séance

Il vous suffit de trouver un terrain plat ou en faux plat ( pas besoin de faire ce genre de séance en cote surtout si vous débutez ). Échauffez-vous 15 minutes en réalisant de petites accélérations avec du braquet souple pour bien tourner les jambes.

Je ne vais pas entrer dans les détails de l’échauffement rapide ou express, cela fera l’objet d’un article entier. 

Une fois que vous êtes chaud, le but va être de devoir enchaîner des sprints de moins de 10S à fond avec des périodes de récupération de 1 à 3 minutes entre chaque sprint.

En réalisant ce genre d’exercice pendant 30 minutes vous allez réussir à améliorer significativement votre endurance, votre puissance, et votre explosibilité. 

Bien entendues, selon vos objectifs, soit vos séances vont être plus longues soit elles vont être plus courtes. Si votre but c’est de préparer une course de 30 km, les séances d’ep2i de 30 minutes sont largement suffisantes. 

Si votre objectif c’est de faire un raid long, vous allez devoir faire des séances ep2i plus longue. Pour rappel si vous faites une séance epi2 d’une heure ça équivaut à faire une sortie de 5 heures.

 

Faut-il faire des séances en sprint ( ep2i ) toute l’année ? 

Non, lorsque vous allez faire vos séances de sprint équivaut à une période foncière. Ensuite, vous allez devoir faire des séances et des sorties plus intenses.

Cet entraînement est utile. Il est même révolutionnaire, mais attention, il ne faut pas rester sur ce mode d’entraînement. Car à un moment donné vous n’allez plus progresser.

Donc ce que je vous conseille c’est de faire un bon mois en sprint ep2i pour remplacer les sorties longues pour avoir le foncier. Si ces séances sont accompagnées d’un travail de force c’est le top. 

Ensuite une fois que vous avez réalisé un bon mois de foncier vous pouvez attaquer les séances de fractionné. Elles sont courtes, mais intensives.

C’est important de varier ses entraînements et de ne pas rester toute l’année sur des séances de sprints type ep2i, car même si ce genre de séances présente de gros avantages, vous risquez de ne plus progresser si vous ne faites que ça. 

Puis vous n’allez pas travailler les mêmes qualités cardio-respiratoires et musculaires dans les séances de sprints et dans les séances de fractionné style 30/30.

En conclusion 

C’est la fin de cet article intitulé, faut-il faire des heures de selles pour avoir la caisse en VTT ? J’espère avoir répondu de manière claire et précise à cette question. Le but de cet article est comme tous les autres articles s’est de vous apportés mon expérience et les choses que j’ai testé. 

Je voulais aussi affirmer mon point de vue face à ce dogme qui est roule et roule encore et tu seras plus rapide plus endurant et plus puissant… En réalité, ce n’est pas vrai. Si vous faites des séances de qualités vous, allez progresser plus rapidement et vous allez vous économiser. 

Si vous avez aimé cet article je vous invite à le partager sans modération sur les réseaux sociaux, quant à moi je vous donne rendez-vous pour un prochain article salut les vététistes.

Crédit photo principale : FGMsp


PRUDENCE

La pratique du vtt comporte des risques. Je vous recommande vraiment la plus grande prudence dans l’interprétation et l’utilisation des informations et des conseils qui vous sont donnés sur le blog pratiquerlevtt..

Si vous roulez seul laisser un itinéraire de votre sortie à l’un de vos proche ainsi que l’heure de votre sortie 

Je vous conseille de laisser votre itinéraire et d’informer le lieu et l’heure de la sortie à un ou plusieurs proches 

Je vous conseille de prendre une assurance en cas d’accident sur un parcours de chute ou de vol.

De ne pas prendre de risque inconsidéré par mauvais temps ou mauvaise météo.

De ne pas surestimé vos capacités et votre propre niveau en vtt.

De respecter la nature et son environnement

Respecter les usagers sur les sentiers et dépasser les gens avec une grande prudence

De bien prévoir son itinéraire pour ne pas se perdre, carte ign parcours balisées ffc vtt gps 

Vous devez porter sur votre tête un casque homologué et un équipement adapté à la pratique du vtt à chacune de vos sorties.

Vous devez avoir un vtt en bon état avant de partir rouler et il doit être adapté à la pratique du vtt.

Ne prenez pas de risque inconsidéré dans les descentes et les parties techniques en vtt.

Vérifier toujours que vous avez votre équipement de secours et votre trousse de secours, ainsi que votre téléphone et une couverture de survie.

Vérifier que vous avez toujours de quoi boire et manger avant de partir.

N’oubliez pas d’aller rendre visite régulièrement à votre médecin pour vérifier votre état de santé.

N’oubliez pas, que si vous voulez démarrer le vtt une visite à votre médecin est indispensable pour vérifier votre santé et ne pas prendre, de risques inutiles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *